Close

Nouvelle rubrique « Q-CROC répond…»

Vous avez des questions sur des enjeux pratiques de la recherche clinique? Faites-nous les parvenir à questions@qcroc.ca. Nous y répondrons et partagerons votre question (de façon anonyme) avec les membres du réseau dans la nouvelle rubrique « Q-CROC répond » de notre infolettre mensuelle et dans notre site Web.

 

Question : Un promoteur nous demande d’obtenir le « survival information via a search in public records (if permitted per local regulations) ». Si un sujet a retiré son consentement de l’étude, avons-nous le droit de faire ce genre de recherche?

 

Réponse : Oui, mais seulement si vous avez obtenu le consentement préalable du participant. Le respect des personnes,  l’un des principes directeurs du EPTC2,  se traduit entre autres par l’obligation de solliciter le consentement libre, éclairé et continu des participants. Le chercheur doit s’engager à ce que « la participation à la recherche, y compris la participation d’une personne par l’utilisation de ses données ou de son matériel biologique, soit un choix véritable et pour cela il doit absolument être éclairé ».

 

Qui plus est, il est important pour la validité scientifique d’un essai clinique de pouvoir continuer à collecter les données liées aux résultats d’intérêt jusqu’à la fin de l’étude pour tous les participants randomisés, même ceux qui ont arrêté prématurément le traitement d’étude. C’est pourquoi les experts recommandent que lorsqu’un participant cesse prématurément de prendre le médicament d’étude, peu importe la raison, il est important de lui offrir des alternatives de retrait partiel et complet de l’étude. La possibilité de consentir à partager certains renseignements médicaux avec le chercheur jusqu’à la fin prévue de l’étude devrait donc être proposée d’emblée.

 

Pour plus d’information, nous vous invitons à voir ou à revoir la Capsule qualité de Q-CROC intitulée « Prévenir les données manquantes, une priorité! ».

 

 

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur linkedin
Partager sur Linkedin